Swag lake à Titicaca

Célèbre comme le lac navigable le plus haut du monde, le Lac Titicaca surplombe les Andes avec un calme redoutable. Son bleu intense navigue entre le Pérou et la Bolivie, et vous pouvez passer la nuit sur une des ses nombreuses îles.

Puno et ses îles flottantes

Si comme moi vous avez 5 ans dans votre tête et que vous ne pouvez vous empêcher d’émettre un ricanement dès que Titicaca est prononcé, sachez qu’il tient son nom du rocher Titi Khar’ka (signifiant « Roc du Puma » en aymara) situé à Isla del Sol. Voilà, maintenant vous êtes calmés. L’Isla del Sol justement, est une île bolivienne, la plus grande du lac, et fut la plus belle étape de mon voyage. Nous y reviendrons un peu plus bas, je tiens à mon souci de narrer de façon chronologique mes revues. Ça aussi c’est dit.

Depuis Arequipa, je me dirige vers Puno avec la compagnie « Cruz del Sur » pour un trajet de 8 heures. Si vous êtes effrayés par ces longues distances, je vous rassure tout de suite, les bus péruviens sont d’un confort étonnant, et vous avez même droit aux telenovelas locales durant tout le voyage, et ça, ça n’a pas de prix.

A peine arrivée à Puno, qu’on me propose de partir visiter les îles flottantes de Los Uros. En voilà une idée qu’elle est bonne ! Je n’hésite pas longtemps, lâche mon sac à la gare routière et saute dans un bus prévu pour l’expédition. En plein lac Titicaca, ces petits îlots faits de roseau ont été construits au XIIIème siècle par les Uros pour fuir les Incas. Aujourd’hui, ses habitants vivent principalement de la pêche et, il ne faut pas se mentir, du tourisme. Chaque île possède son marché pour y vendre moult souvenirs et objets artisanaux. C’est clairement attrape-touristes, mais on se laisse prendre au jeu, et je n’hésite pas à m’offrir un joli tissu péruvien. Je suis ensuite invitée par une péruvienne dans sa maison. On ne peut plus typique, cette grande chambre est décoré de tissu aux milles couleurs, remplie de ce qui ressemble à des matelas, toute la famille y loge.

titicacatiticaca-2

Je passe la soirée à Puno, et j’ai froid. Après plus d’une semaine au chaud sur la côte ouest, le froid des Andes s’incruste sans prévenir sous mon polo. L’occasion ne pouvait être meilleure pour m’octroyer un gros pull péruvien. Vous en trouverez dans toutes les boutiques, pas tous en alpaca, mais suffisamment chauds et à bas prix pour se faire un cadeau utile.

Titicaca depuis Isla del Sol

Le lendemain, je dois passer la frontière bolivienne pour accéder à Copacabana, point de départ vers Isla del Sol. Comme toujours, les procédures de visa sont longues, et je passe plus d’une heure à faire la queue et attendre de repartir. En 1h30 de bateau j’atteins le port de l’île. Charmant, il est dominé par une grande série de marches anciennes. C’est là où les choses se compliquent. A peine remise de mon trek ô combien physique à Colca, je m’apprête à exécuter plus ou moins le même combat. L’île s’élevant jusqu’à 4 100 mètres, j’ai eu l’idée merveilleuse de réserver la veille l’hôtel se trouvant tout en haut de la montagne. Pour ma défense, l’unique information de localisation que j’avais dans mon guide, était sa proximité de l’église. Eglise se situant non loin du port, c’est dire leur notion approximative de l’orientation. C’est au fur et à mesure de mon ascension, que je me rends compte de l’effet de l’altitude sur mon organisme. A bout de souffle, avec mes 15 kilos sur le dos, je percevais la lumière blanche au bout du long tunnel se dévoiler devant moi (jamais je n’exagère). Au bout 4 heures selon mon ressenti et 30 minutes selon ma montre, j’arrive enfin au « Tawri Hotel », où je mets environ 40 minutes à m’en remettre.

titicaca-isla-del-sol
Bienvenue, viens monter mes marches !

Mon corps s’étant remis de l’épreuve, je me balade dans les environs (en restant en haut, pas folle je ne vais pas redescendre) où je peux admirer le sublime paysage du lac. Autour, des boliviens promènent leur mule, et des lamas me toisent du regard avec leurs têtes rigolotes.

IMG_7069
Coucou toi !

La nuit approchant, Mr.Panda et moi nous achetons une bière et allons au point culminant de la montagne pour y contempler le coucher de soleil sur le lac Titicaca. Ce banal moment fait partie de mes plus beaux souvenirs du Pérou. Nous étions absolument seuls, à plus de 4 000 mètres d’altitude, devant cette étendue d’eau endormie. C’est la première fois que je me surprend à écouter le silence ainsi, pas un bruit, je suis prise par l’atmosphère surnaturelle et ne reviens pas d’être là. Ce moment de grâce fut conclue par un dîner à coté, dans un restaurant sans électricité. La maîtresse des lieux prends les commandes de l’ensemble des tablées, cuisine tout à la fois, et au bout de plus d’une heure d’attente nous pouvons nous délecter des plats éclairés à la bougie. Cette soirée magique prenant fin, je retourne à l’hôtel à travers les bois, avec pour seule lumière ma lampe de poche capricieuse. J’avoue m’être sentie dans The Blair Witch Project l’espace d’un instant, en m’accrochant à Mr.Panda de façon grotesque. Mais j’ai survécu, sans ma dignité.

IMG_7074

IMG_7087

Au matin, je profite du temps qu’il me reste avant le départ pour explorer davantage l’île. Je prends la « Ruta sagrada de la eternidad del sol », anciennement la route inca qui reliait le Nord et le Sud de l’île, pour une marche de quatre heures. Comme son nom l’indique, le soleil inonde les lieux et continue de m’offrir des tableaux toujours plus beaux les uns que les autres. Le lac Titicaca continue de m’envoyer des ondes chargées de beauté.

IMG_7125

Cette escale à Isla del Sol demande un peu de temps à votre parcours, mais si vous en avez allez-y sans réfléchir, la farandole de paysages qu’offre cette île est incroyable. Le lac Titicaca est sublimé par le paysage qu’offre cette île. Si je ne devais garder qu’un souvenir du voyage, ce serait celui-ci.

IMG_7049 IMG_7065IMG_7042ruta sagrada del sol

Related posts

Leave a Comment