Khmer Kitchen à Siem Reap

Entre deux balades, prendre un cours de cuisine khmer au Cambodge est un moyen riche et ludique de découvrir de plus près la cuisine divine du pays. 

Cuisine khmer et dépendance

Après avoir englouti avec passion une multitude de plats khmers en tout genre, il m’intéressait d’en connaître les rouages. Mordue de cuisine, apprendre à faire des plats typiques me tentait, ainsi qu’épater un tant soit peu mes proches à mon retour, il faut l’avouer.

C’est à Siem Reap, après une matinée dans les temps d’Agnkor, que je profite de mon après-midi libre pour tenter l’expérience. La veille je repère que le restaurant Le Tigre de papier propose des cours, je me renseigne, et c’est parti.

Le cours dure trois heures, et se déroule ainsi : choix des plats, visite du marché, réalisation des mets et dégustation du repas. Le tout pour 15 euros, autant dire que ça vaut le coup.

Arrivée, j’attends donc avec les autres participants (une dizaine) sur les tables du restaurant, menu à la main afin de choisir l’entrée et le plat que je souhaite cuisiner.

La professeure nous emmène au marché où nous découvrons tous les produits nécessaires quant à la réalisation des recettes. Entre stands de poissons puants et épices savoureuses, j’observe avec curiosité tous ces ingrédients, inconnus pour la plupart.

Nous revenons à l’atelier de cuisine, situé à l’étage du restaurant, et enfilons tous notre tenue de cuisinier de haut vol. Pour ma part, je choisis de réaliser des nems au porc ainsi qu’un amok de crevettes, plat traditionnel cambodgien. Notre enseignante, absolument charmante (et surtout patiente) nous explique pas à pas comment procéder. Nous épluchons, découpons, tapons dans des saladiers (et sur des bambous) puis passons à la casserole.

khmer kitchen

Le temps est parfois un peu lent puisqu’il faut évidemment attendre selon le rythme de chacun, mais la bonne ambiance règne, et je peux échanger sur les expériences des uns et des autres.

Les trois heures de fourneaux prenant fin, ma faim à moi est à son paroxysme. Je ne suis pas peu fière d’avoir appris et surtout réussi à faire des nems, mon péché culinaire depuis toujours. Mon rêve est exaucé (oui je suis remplie de simples choses), et cette activité imprévue reste un excellent souvenir.

nem khmerIMG_8474

Related posts

3 Thoughts to “Khmer Kitchen à Siem Reap”

  1. jean

    bonsoir
    ce cours de cuisine semble genial. nous sommes a sinel reap le 16novembre et nouscavon essaye de nous inscrire sur le site, mais pas de reponse malheureusement
    avez vous une idee.
    merci
    jean

    1. Bonjour Jean,
      Merci pour votre commentaire, je n’ai malheureusement pas de solution pour vous. Je n’avais pas réservé via leur site mais en me rendant directement dans leur restaurant la veille. Je vous souhaite un très beau voyage au Cambodge. Maeva

  2. Remed

    Bravo pour ces articles, hauts en couleurs et conseils avisés. Et je l’atteste, les nems dont j’ai pu goûter les saveurs, sont excellents !

Leave a Comment