Kep, la Dolce Vita à la cambodgienne

Petite station balnéaire au Sud du Cambodge, Kep se démarque par sa quiétude et sa douceur de vivre. Les activités ne débordent pas, mais l’endroit est idéal pour décompresser et se laisser porter par l’ambiance particulière qui s’y dégage.

Kep

Après une semaine loin d’être reposante au Vietnam et une journée interminable pour passer la frontière, j’ai tout de suite été happée par cette petite ville bercée par son littoral et les sourires de ses habitants. Lovée au milieu des arbres et au calme, la guesthouse Casa Kep était une des plus agréables de mon séjour. Espagnole expatriée à Kep depuis trois ans, la charmante hôte m’accueille dans une chambre avec terrasse surplombant l’horizon. Avachie dans un énorme fauteuil, une Angkor fraîche à la main, et l’odeur des vacances prend tout son sens.

Chevauchez un scooter et partez en balade !

Si vous souhaitez explorer les environs, n’hésitez pas à louer un scooter. Vous n’aurez aucun mal à en trouver un dans la plupart des guesthouses, rarement flambants neufs, mais pour goûter cheveux au vent à la liberté, ça fait le travail. La campagne possède quelques lieux à visiter, comme des grottes, plantations de poivre ou marais salants.

Après avoir tourné en large et travers, moi et mon Mr.Panda parvenons à trouver l’entrée de la fameuse grotte Wat Kirisan. A peine arrivés, des dizaines d’enfants nous accostent pour nous vendre des lampes torche ou leurs services de guide. Il est important de ne pas donner d’argent aux enfants, afin d’éviter cette habitude et qu’ils ne renoncent pas à l’école. Donc allez-y munis d’une lampe et débrouillez-vous sans guide. La grotte n’est pas grande et se fait parfaitement seul. Plusieurs galeries sombres sont décorées de bouddhas multicolores, tous ornés d’offrandes en tout genre (je suis toujours surprise d’y voir des cigarettes ou canettes de Fanta).

IMG_8189

Direction ensuite les plantations de poivre. L’entrée, pas nettement explicite, me dirige vers un très long chemin en terre rouge, où toutes les fermes sont implantées de chaque côté. J’en choisis une au hasard, erreur. Renseignez-vous à l’avance sur celles dont l’anglais est pratiqué et compris par les hôtes des lieux. Le fermier, m’accueille le sourire aux lèvres, celles-ci ne prononçant donc pas un mot d’anglais. La visite est d’une rapidité efficace, puisque je ne peux avoir la moindre explication. Il me fait tout de même goûter un grain de poivre vert, que ma bouche regrettera pendant les quinze minutes suivantes. Je tombe ensuite en panne en pleine campagne, un Cambodgien coure m’aider, et va me chercher de l’essence. En même pas 10 minutes je suis repartie, la gentillesse des Cambodgiens est bien loin de celle des Vietnamiens.

IMG_8180

Le crabe et le marché de Kep

La pause de ce midi restera gravée comme celle où mes papilles découvrirent l’épanouissement gustatif. Kep en plus d’être une ville paisible, est surtout réputée pour la qualité de son crabe. Le marché aux crabes est une activité à part, où l’effervescence des pêcheurs et de ses acheteurs est à son comble. Il est amusant de s’y rendre pour observer leur rituels quotidiens.

Juste à côté, plusieurs gargotes s’y fournissent pour cuisiner le crustacé de différentes manières. Je choisis la première, et opte pour la spécialité : le crabe au poivre de Kampot (ville voisine réputée pour son condiment). Bien plus petit que nos tourteaux français, le crabe possède une carapace tendre que l’on croque avec les dents pour se gargariser de sa chair exquise. Le tout arrosée d’une sauce au poivre incroyable, et je vis un de mes meilleurs repas, qui m’hantera longtemps, toujours.. (Non l’exagération ne fait pas partie de ma personne). Je vous conseille donc ces premiers petites restaurants plutôt que les plus réputés comme le Kimly restaurant, plus touristique et moins raffiné.

IMG_8199IMG_8196

Farniente et laisser-aller

Plusieurs plages secrètes et désertes sont accessibles en scooter pour buller sur le sable. Sur le papier ça donne envie, mais en réalité j’ai passé plus de deux heures à en chercher une soit disant paradisiaque, tellement bien cachée qu’elle le sera restée. Contraints de se rendre à l’évidence que mes talents de chercheuses sont discutables, je me redirige à la plage principale du petit centre de Kep. Pas sauvage, mais délectable. L’eau se révèle très chaude et salvatrice après la journée assis sur mon deux-roues. Le coucher de soleil tire le rideau sur cette belle journée, en rendant le paysage solennel.

Cette étape à Kep me remplit de bonne ondes pour la suite, je quitte ce petit paradis avec peine.

IMG_8204

Related posts

7 Thoughts to “Kep, la Dolce Vita à la cambodgienne”

  1. Ray

    Pour compléter l’article, il faut mentionner deux îles accessibles et à faible distance, L’île Svey et l’île au Lapin

    1. Maeva.

      Merci pour votre commentaire 🙂
      Je n’ai malheureusement pas eu le temps de m’y rendre, c’est pourquoi je n’en ai pas parlé.
      Maeva

  2. Raphaël Dupouy

    Oui, un endroit hors du temps. Où j’ai eu le plaisir de me rendre plusieurs fois et même de réaliser un petit documentaire sur l’association ESK et son action pour les enfants : « A Kep, une maison pour l’avenir », visible sur You Tube. Au plaisir de se retrouver un jour sur le ponton du Sailing Club ou de partager un crabe chez Kimly. Cordialement.

  3. Gaby

    Nous étions à Kep il y a un mois et c’est avec nostalgie que j’ai lu votre article. Tout à fait d’accord avec vous, Kep est une destination très agréable et les couchers de soleil vous laissent des souvenirs très doux,. Ah, cette fameuse lumière cambodgienne… Merci pour ce bel aticle

    1. Maeva.

      Merci Gaby pour ce chouette retour ! Je vois que je suis loin d’être la seule à être tombée dans le piège de Kep 🙂

  4. Bonjour votre article me rappelle quelques bons souvenirs à Kep. Vous écrivez bien, et vos mots me donne envie d’y retourner pour en voir plus. Merci

    1. Maeva.

      Bonjour Rattana. Merci beaucoup pour ça, je viens tout juste de commencer ce blog et vous êtes mon premier commentaire 🙂
      Je suis heureuse de vous donner envie, c’est mon but. A bientôt !

Leave a Comment