Happy new Hoi An year !

En pleine période du Têt, c’est à Hoi An que je m’apprête à vivre le nouvel an chinois. Située sur le littoral et au centre du Vietnam, cette petite ville colorée est une étape bucolique dans mon périple vietnamien.

Hoi An, la ville aux lampions

A 30 kilomètres de Da Nang, il me faut tout de même une bonne heure pour m’y rendre en bus local. J’arrive à l’hôtel Huy Hoang River, où ma réservation est introuvable, mais par chance une autre chambre est disponible. Comme à mon habitude, je me dirige vers le traditionnel marché où l’effusion est à son paroxysme. Le nouvel an étant le soir-même, on sent les vietnamiens en plein préparatifs, et donc surexcités (non, non, je ne me suis pas fait marcher dessus plus qu’à l’accoutumée…). Sur ma route, j’entre dans plusieurs petits temples, toujours aussi jolis. Le vieux quartier est charmant, les rues étoilées de lampions donnent un charme fou et une ambiance magique. J’avoue, je me crois dans Raiponce et j’ai envie de faire des bisous à Mickey.

hoi-an

Après plus de quinze jours sous 35 degrés, le froid se ressent sans grand mal avec les quelques 15 degrés présents. De par la chaleur, je n’avais pas encore goûté au Phô, le temps d’ici le permettant, ce fut donc l’occasion rêvée.

La ville est réputée pour confectionner des robes et tout autre vêtement sur-mesure, et forcément à des prix défiant toute concurrence française. Je n’ai donc pas hésité longtemps avant de commencer ma quête de la robe parfaite. Vous n’aurez aucun mal à trouver une boutique proposant ce type de service, il y en a plusieurs dans chaque rue. Le plus dur sera de faire votre choix. Après des visites successives, je trouve enfin un modèle de robe qui me plait. Je l’enfile, la couturière prend mes mesures, et me dit de revenir le lendemain matin, avec une facture de seulement 20 euros !!

Je finis ma promenade en passant par le pont japonais ; petit et bondé, il reste néanmoins joli. Une pause est bien méritée avant la longue soirée qui s’annonce, il va falloir tenir jusqu’à minuit, je ne suis plus habituée avec mes couchers à 22 heures.

hoi-an-pagode

Back to the future… du nouvel an!

Qui dit nouvel an, dit apéro, dîner au top et cocktails. Ce programme annoncé fut, sans grande surprise, parfaitement tenu. Je profite de l’ambiance sur les quais pour prendre une bière, dans le froid certes, mais dans la bonne humeur générale. Les lampions brillent de mille feux, la musique bat son plein, l’esprit festif est clairement affiché.

Je pars dîner au Secret Garden, bercé dans un mignon jardin et en retrait de la foule. Les plats sont délicieux, plus chers que d’habitude, mais qu’importe car ce soir c’est fête ! Je retourne ensuite sur les quais et m’offre une bonne Piña colada. Le froid est vif, je patiente pour les douze coups de minuit en grelottant. Minuit résonne, et le feu d’artifices détonne dans le ciel. Parmi les cris et les émerveillements, le moment est sublime. C’est plutôt inédit de se souhaiter à nouveau un bonne année un 7 février. En rentrant à l’hôtel, je remarque que la plupart des vietnamiens brûle un petit feu devant leur porte. J’apprendrai ensuite qu’il s’agit d’un rituel pour rendre hommage aux morts de l’année passée.

hoi-an-tet

Cette journée à Hoi An, conclue par LA fête de l’année pour les vietnamiens. Tous les problèmes causés dans mon organisation de voyage par le Têt, auront pu être oubliés le temps d’un beau feu d’artifices.

hoi-an-2hoi-an-point-japonaishoi an-welcome

Related posts

Leave a Comment