Cusco, sans l’empereur mégalo !

En plein milieu de la cordillère des Andes, Cusco fut pendant longtemps la capitale des Incas. Surtout connu pour être le point de départ vers le Machu Picchu, la ville mérite d’être visitée aussi bien que sa célèbre cité d’Or.

Longue route vers Cusco

Depuis Copacabana, où je sors de 24 heures idylliques à Isla del Sol, je prends un bus de nuit pour faire les 9 heures de bus pour Cusco. Ce ne fut pas le cauchemar annoncé puisque je pris un siège en première classe (pour seulement quelques soles de plus), qui s’étendait plutôt bien pour favoriser mon sommeil. Le seul souci étant, qu’arrivée à 5 heures du matin, je ne voulais pas me payer une chambre pour si peu de temps, et n’ai eu d’autre choix que de squatter le hall d’un hôtel, gentiment prêté par l’hôte des lieux. Dès que le jour a enfin décidé d’émerger, je pars prendre un petit déjeuner à « El buen pastor », une délicieuse boulangerie où je peux enfin déguster du vrai pain (oui car au Pérou je n’ai eu droit qu’à du plastique qui grince sous les dents).

Je dépose mes sacs à mon hôtel, Hospedaje Resbalosa, très bien placé, si ce n’est qu’il soit tout en haut d’une rue très haute (ça se voit que je commence à être lasse d’user mes jambes ?). Je peux enfin partir me balader dans la ville. L’ambiance qui règne ici est plus qu’agréable ; c’est vivant, joli et ultra photogénique. Je me perds dans les rues avec plaisir, passe au marché voir toutes choses délicieuses que je m’interdis de manger (ma parano alimentaire post-turista ne partira jamais de mon être), puis m’arrête sur les hauteurs de la ville et fixe tous ces toits rouges de maisons envahir l’horizon.

cuscoIMG_7154

Et je termine mon après-midi par un goûter improvisé au Choco Museo. Alors pour la petite histoire, ce musée est également présent à Arequipa et Lima, et chacun propose une visite explicative sur le cacao suivi d’une dégustation de pâte à tartiner, chocolat et même thé au chocolat. Je vais droit au but, je les ai tous fait, et celui de Cusco deux fois, évidemment pour profiter des dégustations. Moi gourmande ? non curieuse. Donc si vous avez besoin de conseil sur le chocolat péruvien ainsi que sur ses dérivés multiples, n’hésitez pas, j’en suis devenu le sponsor officiel.

IMG_7182

Cusco et sa Vallée Sacrée

Le lendemain, je quitte Cusco (mais pour y revenir ensuite, ne pleurons pas maintenant) pour aller à Ollantaytambo (plus facile à écrire qu’à prononcer). Il s’agit de la dernière ville à avoir gardé le plan inca de ses ruelles au tracé rectiligne. La cité est située à 75 kilomètres de Cusco, et comme le Pérou est un pays fantastique de pratique, plusieurs bus propose le trajet à différents horaires. C’est depuis ce lieu que vous pourrez visiter la Vallée Sacrée. Je vous conseille vivement d’acheter un bolesto turistico, où pour environ 35 euros vous pourrez vous rendre dans l’ensemble des sites. Surtout qu’il vous sera très difficile de payer pour un seul site.

IMG_7297Je me rends ainsi aux ruines de Pisac, site archéologique inca toujours préservé et offrant un superbe panorama sur la vallée. On peut y admirer les différentes terrasses incas entourées de montagnes toujours plus majestueuses. Evidemment il y a beaucoup trop de monde (des bus remplis de touristes s’y rendent), mais la promenade dans les ruines ainsi que le paysage valent le coup.

IMG_7198Je retourne à Ollantaytambo où je finis ma journée. La ville n’est pas grande et se flâne agréablement. Après une jolie soirée, je me rends à mon hôtel Las Orchideas, avec une chambre lovée dans un agréable jardin.

Après une bonne nuit, je profite de mon billet touristique pour aller à « Salinas de Maras », énorme marais salant puisant sa source depuis la terre. L’évaporation de l’eau salée laisse place au sel, pour en mettre ensuite dans les frites. Non je déconne, c’est meilleur dans le chocolat, si si je l’ai testé au musée. Le marais est superbe et étonnant, et je prends plaisir à sauter de bassin en bassin (bonjour, Maeva, 5 ans).

IMG_7224 IMG_7234

Je continue ma journée vers Moray, présentant une succession de terrasses disposées en cercle dans un amphithéâtre. Malgré le temps gris et mouillé, les couleurs détonnent. Jugez plutôt :

moray
Où est Charlie ?

Retour à Ollantaytambo, où je visite la gigantesque forteresse, permettant à l’époque l’entrée des incas par le Nord. Là-aussi, je suis un peu oppressée par les touristes, la plupart munie de leur perche à selfie (mon Dieu, qui a osé inventer cette chose ?!).

forteresse ollantaytambo

Le Machu Picchu, ou comment conclure le Pérou en beauté

Après cette longue journée de marche, je prends la direction de la gare pour prendre mon train vers Aguas Calientes, la petite ville située aux pieds du Machu Picchu. Vous pouvez vous y rendre en bus, plus long et donc forcément moins cher. Malgré le prix du train (plus d’une centaine d’euros l’aller-retour), je souhaitais prendre ce moyen de transport, pour sa rapidité (1h30 depuis Ollantaytambo), et surtout pour son côté traditionnel. La compagnie Perurail est la plus connue.

IMG_7470

J’arrive à Aguas Calientes, clairement surbondée de touristes, puisque son seul intérêt, et pas des moindres, réside par son point de départ vers le Machu Picchu. Je dors à l’hôtel « Hospedaje Gaby », ultra basique mais suffisant pour le peu de temps sur place. Je dîne ensuite au restaurant Indio Feliz, tenu par un français marié avec une péruvienne. Le décor ressemble à une caverne tout droit sortie de Pirates des Caraibes, et les plats sont excellents, quoiqu’un peu chers, la ville profitant de gonfler tous ses prix.

Le réveil du lendemain chantant à 4 heures fait mal aux oreilles et au corps. Il est préférable de se rendre au Machu Picchu dès son ouverture à 6 heures, toujours pour éviter la foule et profiter un instant du lieu avant le surbondage. On peut s’y rendre à pieds ou en bus. Je préfère le bus, pour y être plus rapidement et surtout, j’avoue, économiser mes forces pour la journée.

J’entre dans le site, et les premiers moments sont d’une beauté incroyable. Je suis une des premières à rentrer, et je peux m’absorber du paysage avec seuls les lamas comme voisins.

IMG_7419
L’élégance selon le lama

Je fais un rapide tour, puis me dirige vers le Wayna Picchu. Il est en effet possible de compléter la visite du Machu par l’ascension du Wayna, tous deux issus de la famille Picchu. Pour 25 soles de plus, ça vaut plus que le coup. J’ai préféré grimper la montagne en premier lieu, puisque plus physique, et always same hobby : la fuite des gens. L’escalade s’effectue par la montée d’une quantité infinie de marches escarpées. Arrivée en haut, j’ai le souffle coupé. Assise en plein milieu d’une série de montagnes, je peux voir le Machu Picchu depuis mon rocher, je suis complètement imprégnée de ce tableau parfait.

IMG_7334

IMG_7341
Comme j’ai bien fait de ne pas monter à pied cette route…

IMG_7357

Je redescends tranquillement les marches humides, agrippée à la rambarde pour éviter de me retrouver plus vite que prévu en bas de la montagne. Je commence ma visite du Machu Picchu, évidemment plus peuplé qu’à l’aube. Je vais d’une ruine à l’autre, tout en continuant d’observer la panorama d’en face. Comme à Angkor, je sens mon espace envahi par les gens en trop grand nombre, mais je parviens tout de même à m’y frayer un chemin. En plus du site en lui-même, plusieurs balades autour, pour ne pas dire randonnées, sont possible. Je me dirige vers le « Pont de l’inca », chemin conclu par un pont cassé, anciennement utilisé pour contrôler l’accès du Machu depuis l’Ouest. Je fais ensuite un bout de la balade de « La porte du soleil », puis fais demi-tour à la moitié du chemin de par sa longueur. (Oui, depuis 4 heures du matin, avec deux semaines de marche intense au compteur, mon corps dit stop).

IMG_7434

Je retourne une dernière fois sur le Machu, toujours admirative des incas, qui en même pas un siècle ont réussi à construire des forteresses à plus de 2 000 mètres d’altitude. Le travail de la pierre et du détail est impressionnant, tout comme l’élévation de toutes ces pierres depuis la ville qui reste un mystère.

IMG_7409IMG_7453

La visite du Machu Picchu fut le point d’orgue de mon voyage. Après plus de deux semaines dans le pays, j’ai pu terminer en beauté. Et je ne vous conseille que très fortement de faire l’ascension du Wayna Picchu, j’y ai pris même plus de plaisir qu’en visitant le Machu.

IMG_7296

Related posts

Leave a Comment