Bons baisers du Nicaragua

Après plus de deux semaines passées au Nicaragua, le récit de ce voyage s’impose. Pas aussi hype que le Costa Rica, ni célèbre comme le Mexique, ce petit pays d’Amérique Centrale se fait souvent voler la vedette par ses voisins. Mais surprise, il a pourtant tout pour plaire !

Le Nicaragua, un pays dans l’ombre

J’ai toujours eu une empathie particulière pour les laissés-pour-compte (j’aime commencer un récit par un ton grave). Alors une fois n’est pas coutume, l’ignorance des touristes pour le Nicaragua m’a rendu chose au point de prendre mes billets. Maintenant vous savez que je suis une fille au grand cœur, c’est important. Je vais donc répondre vraiment à cette question qu’on me pose à chaque fois, en amont ou en aval, de ce voyage : Mais pourquoi le Nicaragua ?

Voilà cette même tête, avec ou sans le bonnet de douche

Alors oui, pourquoi ? Et bien parce que je voulais aller au Costa Rica. Voilà, merci et à bientôt.

Beaucoup trop d’humour dans cette page

– Maeva, productrice de gifs animés depuis 1935 –

Revenons à nos Nicaraguayens, car quelque chose me dit que je n’ai encore convaincu personne de s’y rendre. Mon choix pour ce pays s’est vraiment passé ainsi, je souhaitais aller au Costa Rica depuis plusieurs mois. Petit budget cette année, puis expérience touristique discutable l’an passé, j’ai vite passé mon chemin vu la grande mode pour ce pays et surtout le prix élevé du voyage. Après des lectures sur différents blogs et forums, je me suis aperçue que le Nicaragua possédait des richesses équivalentes en termes de paysages, que le budget était divisé par trois et last but not least, très peu de touristes ! Alléluia !

Promis après j’arrête, enfin peut-être

Le Nicaragua, beauté cachée

Il est vrai que ma misanthropie s’accentue avec l’âge mon envie de communion avec la nature. Au-delà de mon amour pour autrui, visiter un lieu encore préservé du tourisme fut le moteur principal quant au choix de cette destination. Il ne faut néanmoins pas avoir les aéroports et l’attente en horreur puisque des vols directs depuis la France n’existent pas. Deux escales sont nécessaires pour un total d’heures de voyage s’élevant à plus ou moins 20 heures, et pour un budget de 500€ aller-retour. Oui, à priori les vacances ça se méritent.

Le Nicaragua étant vraiment petit, Mr. Panda et moi avons pu prendre le temps de nous balader partout. Et cela fut plus qu’appréciable ! Habituellement trop gourmands en souhaitant courir partout, ce fut la première fois que nous avons pu profiter sans nous presser.

Le pays offre un panorama de paysages très varié ; volcans morts et en activité (le plus grand foyer au monde), montagnes, plages, réserves naturels, lacs (dont le plus grand de la planète), soit un beau panel de dépaysement (le plus impressionnant de l’univers, ok là j’exagère). Et que dire des Nicaraguayens, les gens les plus gentils que j’ai pu croiser. Bien loin des Vietnamiens (oui, la blessure est toujours vive..), ici la bienveillance et l’entraide est au bout de chaque coin de rue. Je fus impressionnée de constater cette gentillesse qu’ils offrent aux touristes, pas d’entourloupes mais des échanges spontanés dans les bus, rues ou commerces, et ce, juste pour le plaisir de converser. Le positivisme et les sourires qu’ils dégagent ont illuminé chacune de mes journées.

Sans parler de cette culture latine, pleine de joie, de musique et de couleurs (un petit air de Cuba?). C’est pour ça que j’aime tant l’Amérique du Sud et Centrale, pour l’énergie communicative que l’on respire, en dépit du manque de richesse clairement flagrant de certains quartiers.

Mange, voyage et aime

Le seul bémol que je peux apporter à ce voyage, est le budget qui n’est finalement pas si minime que ça. Nous n’étions pas si loin des finances du Cambodge et Vietnam. Pour une chambre double avec salle de bains, il faut compter environ 15-20€ minimum. Néanmoins, les transports ne coûtent rien puisque les distances sont petites (environ 1€ l’heure de trajet), et cela sauve indéniablement les dépenses globales. Il est possible de se nourrir pour bas prix en mangeant au marché ou auprès des vendeurs de rues, mais au restaurant les prix s’alignent pour les touristes. D’ailleurs en parlant de nourriture, il ne faut pas s’attendre à de la haute gastronomie ; pas très fin et surtout très riche (la grandeur des assiettes peut vous rendre repu avant même d’y avoir goûté). Là, le Vietnam m’a manqué.

Oui, je l’ai dit..

Alors si on se contente du basique, le budget sera effectivement mince, mais si comme moi vous souhaitez en vacances vous faire légèrement plaisir (et encore je n’ai pas fait de folies), la note ne sera pas si légère. Et soit dit en passant, la bière n’est pas chère et très bonne, alors si ce n’est pas l’argument concluant la vente, je suis impuissante.

Quant à la meilleure période pour partir, les guides recommandent décembre à avril. Etant partie en décembre, ce n’était finalement pas idéal comme climat. Les nuages ont un peu trop dansé au-dessus de ma tête et la pluie s’est parfois un peu lâchée. Pour une météo parfaite, je pense qu’à partir de janvier serait davantage conseillé.

Le Nicaragua est sans conteste un pays à visiter, et le plus vite possible car on sent que le tourisme s’y déploie de façon accrue. Vous allez me dire qu’il y a trop peu de photos dans cet article pour être entièrement conquis, et là c’est mal connaître mon sens du teasing. Très prochainement, je vous raconterai en détail chacun des beaux endroits que le pays cache dans sa poche. Hasta la vista comme on dirait en Allemagne !

Ils vous attendent nombreux pour découvrir leur pays

 

Related posts

Leave a Comment